Historique

Innovation et Développement prend naissance sur la commune de Saint-Fons en octobre 1992. Il s’agit à l’époque d’un service interne développé au sein de l’association intermédiaire locale Servemploi, elle-même créée deux ans plus tôt.

En juillet 1995, le service prend son autonomie ; l’association Saint-Fons Développement est créée. Elle est rebaptisée Innovation et Développement en 2001.

Depuis sa création, Innovation et Développement décline son action en trois axes prioritaires :

  •  l’accompagnement personnalisé à l’emploi
  • la promotion de la mobilité des publics en difficulté comme vecteur d’insertion
  • la conception et la mise en œuvre d’activités nouvelles génératrices d’emploi

 

L’accompagnement à l’emploi

A partir de 1993, Innovation et Développement a pris en charge l’accompagnement des contrats CES jeunes sur Saint-Fons. Le service assurait à la fois le suivi individualisé des jeunes placés par Servemploi et le lien avec les structures d’accueil. Cette mesure transitoire constituait une étape charnière pour l’accès à une véritable insertion professionnelle.

En 1995, l’association a initié une « boutique matinale ». Ce dispositif, encadré et animé, était ouvert à tous les demandeurs d’emploi sur prescription de leur référent. Dès 7h du matin, ce dispositif donnait accès à de nombreux outils pour la recherche d’emploi : offres du jour collectées et traitées, revues, appui logistique (photocopieuse, téléphone, mises à jour des CV…)

Fin 1997, l’association a formalisé un nouveau dispositif d’accompagnement : le PRIMS. Ce programme, qui ne se limitait pas au jeune public, reposait sur la multiplication des mises en activité, quelle que soit leur nature ou leur durée. L’objectif était de réduire au maximum les périodes d’inactivité, que l’on sait très démobilisatrices, et de permettre la constitution d’un socle d’expériences professionnelles.

image

En 1998, un nouveau programme est apparu, le TRACE, initié par la Loi contre les Exclusions. Destiné aux jeunes en grande difficulté, ce programme proposait un accompagnement intensif sur une durée maximale de 18 mois. Innovation et Développement a été opérateur de ce programme dès sa mise en place, pour les territoires de Saint-Fons et de Saint-Priest. Le dispositif TRACE, de même que le programme ASI, a permis la construction de parcours positifs pour nombre de jeunes en rupture.

La connaissance des réalités du monde professionnel et l’autonomie sociale sont des éléments essentiels de l’insertion, au même titre que l’aptitude à occuper un poste. De ce fait, l’association a organisé au fil des années de nombreux modules thématiques en petits groupes : aide à la rédaction de courriers et de candidatures, rencontres avec des professionnels, séances d’appui à la recherche sur Internet, apports en économie sociale, animation de l’Espace Ressource Emploi, tournées hebdomadaires dans les agences d’intérim…

La structure s’est faite progressivement reconnaître par son travail d’accompagnement individualisé et son approche spécifique des personnes en difficultés.

Aujourd’hui, l’association s’inscrit dans les conventions avec le Conseil Général (pour les bénéficiaires du RMI puis du RSA) et avec le PLIE (financements européens).

L’aide à la mobilité

De nombreuses personnes peinent à accéder à la formation, l’emploi, la santé et l’ensemble des ressources urbaines en raison d’un déficit de mobilité. Une difficulté qui renforce le chômage de longue durée et la précarité.

La prise en compte des empêchements de mobilité s’inscrit dans l’histoire d’Innovation et Développement. En effet, l’association a toujours intégré cette problématique dans ses actions d’insertion.

Dès 1993, plusieurs dispositifs d’aide à la mobilité ont été expérimentés :

  • Appui direct aux démarches d’insertion nécessitant une mobilité immédiate : financement de tickets bus et de billets de train.
  • Mise à disposition d’un minibus avec chauffeur pour des transports à vocation sociale : tournées des agences d’intérim, expéditions sur sites de travail saisonnier, regroupement de stagiaires, visites d’entreprises…
  • Prêt de vélos et de mobylettes pour accéder à un lieu d’emploi ou de formation.

La mobilité n’étant pas qu’une question de transport, l’association n’a pas souhaité limiter son champ d’action à une aide matérielle aux déplacements.

En 2000, des ateliers d’initiation au code de la route ont été créés, avec la volonté d’aborder la problématique mobilité en termes de pédagogie. Animés et fondés sur l’échange, ces ateliers étaient adaptés aux difficultés du public reçu : maîtrise partielle du français, absence de confiance en soi, difficultés d’abstraction…

Les ateliers de code ont suscité un vif intérêt de la part des publics concernés mais aussi des organismes d’insertion. Toutefois, le parcours en auto-école commercialeimage demeurait difficile pour les personnes ayant participé à ces ateliers. Par conséquence, l’association a réfléchit dès 2004 à la mise en place d’un dispositif d’apprentissage plus complet. Cela s’est concrétisé par l’ouverture en 2006 d’une auto-école associative, basée à Saint-Fons.

Rapidement, l’association a été sollicitée pour développer des auto-écoles associatives sur de nouveaux territoires.

En 2008, l’association est devenu adhérente de la FARE et a obtenu le label qualité de ce réseau un an plus tard.

Aujourd’hui, l’association gère trois auto-écoles, situées à Saint-Fons, Tarare et Belleville.

Le développement local

Les premières années, l’association a surtout travaillé sur la conception d’outils d’insertion. Par la suite, elle s’est davantage consacrée à des initiatives de développement local.

Les actions de développement local élaborées par l’association ont été nombreuses et variées :

  • des activités économiques d’insertion : réalisation de buffets, service coursier, restaurant d’application, livraison de pizzas, ramassage de déchets recyclables, supérette d’application, accompagnement d’un marché…
  • des actions d’initiation professionnelle pour jeunes : marketing saisonnier, chantiers d’insertion…
  • des actions européennes : dispositif Saint-Fons / Londres, séjours de libre-échange, travaux sur la mobilité menés avec d’autres acteurs de l’insertion en Europe…

Ces actions consistaient à créer des emplois accessibles à des personnes peu ou pas qualifiées, dans le contexte économique difficile des années 1990.

Les activités économiques d’insertion initiées par l’association ont débouchées sur la création de nombreux emplois. A partir de 1998, ces activités sont portées par l’Entreprise Ecole et sont alors déclinées en deux grands secteurs : « la brigade de l’environnement et du cadre de vie » et « la cellule mobilité ».

Pendant plusieurs années, l’association a aussi pris en charge le repérage des initiatives d’habitants de Saint-Fons. Ce dispositif a permis à de nombreuses personnes d’être écoutées et soutenues dans le développement et l’aboutissement de leur projet économique, social ou culturel. Par la suite, la Coursive d’Entreprises a pris en charge l’accompagnement des porteurs de projet.

Ces dernières années, les activités de développement ont porté sur l’élaboration d’outils et de dispositifs d’aide à la mobilité.

En 20 ans, l’association a initié et développé de nombreuses activités. Elle a su se distinguer dans le champ de l’insertion sociale par une réelle capacité d’innovation.